Nizar Bahloul sort un livre sur Kaïs Saïed : « Kaïs Ier, président d’un bateau ivre »

0
311

Nizar Bahloul, directeur de Business News, vient de publier chez Edito Éditions, son livre « Kaïs Ier, président d’un bateau ivre ».

L’ouvrage de 221 pages retrace la première année du président de la République Kaïs Saïed au palais de Carthage. Un livre qui met sous la loupe l’activité présidentielle avec un traitement de l’information à charge et à décharge. Sans complaisance et sans crainte de la critique. Un exercice risqué, un an après l’investiture, mais obligatoire si l’on veut vivre pleinement sa démocratie.

A propos de cet ouvrage, l’éditeur Lotfi Ben Sassi a écrit : « Il m’arrive parfois de ne pas être d’accord avec Nizar Bahloul, mais je me dis, perplexe : il n’a pas raison, mais ce qu’il dit est vrai. Et je le relirai toujours avec le même plaisir, car en le lisant, on n’a jamais l’impression de perdre son temps. C’est dans cette même veine que Nizar Bahloul a écrit son « Kaïs Ier, président d’un bateau ivre ».

Le livre est préfacé par l’éminent professeur, écrivain et ancien recteur de l’Université de la Manouba, Chokri Mabkhout.

Dans cette préface, M. Mabkhout a écrit : « On le sait tous, tout travail journalistique qui se respecte requiert des informations précises et des faits vérifiés. Même si l’analyse politique permet, elle, de mettre en relation les faits et les événements de manière à révéler un sens qui reconfigure la scène avec plus de pertinence.

Nizar Bahloul prétend que son livre se base sur le factuel. Mais d’emblée, l’agencement des faits, en lui-même, nous parait significatif. Puisqu’il introduit, d’un côté, le phénomène Saïed pour, de l’autre, aller au-delà vers l’examen de la situation de tout un pays. De fait, Saïed s’avère tout aussi étrange que l’est l’itinéraire politique de la Tunisie ».

« Kaïs Ier, président d’un bateau ivre » est le deuxième livre de Nizar Bahloul. Le premier, « Bonté divine, l’homme qui n’a pas su être en président » est paru en octobre 2013 aux éditions Apolonia et retraçait le parcours de Moncef Marzouki, alors président de la République.

S’il y a une chose à retenir, c’est bien celle-là, la Tunisie est l’unique pays arabe où un journaliste peut se permettre d’écrire, sans complaisance, un livre sur un président de la République en exercice.