Les Tunisiens s’expriment sur la corruption en Tunisie

0
168

L’institut de sondage d’opinion One to One for Research and Polling a présenté ce mercredi 30 septembre à 9h30 à Tunis les résultats de la quatrième vague de l’Afrobaromètre (www.afrobarometer.org) sur la corruption.

Selon les résultats de cette enquête une écrasante majorité de Tunisiens affirme que la contrebande est un problème dans le pays, et très peu pensent que le gouvernement fait du bon travail pour le résoudre.
La majorité des Tunisiens affirme que le niveau de corruption a augmenté, que les gens risquent des représailles s’ils signalent des incidents de corruption. Une grande majorité désapprouve la performance du gouvernement dans la lutte contre la corruption.
Les citoyens qui ont entendu parler de l’Agence Nationale de Lutte contre la Corruption sont divisés quant à son efficacité.
Il y a un large soutien aux médias pour enquêter sur les erreurs et la corruption du gouvernement.
Principaux résultats
 Près de neuf Tunisiens sur 10 affirment que la contrebande est un problème majeur (71%) ou un problème mineur (16%) dans le pays.
 Près des deux tiers (63%) des Tunisiens pensent que le niveau de corruption a augmenté «quelque peu» ou «beaucoup» au cours de l’année écoulée.
 Les parlementaires et les fonctionnaires sont le plus souvent perçus comme corrompus, tandis que la présidence, les juges et les magistrats sont souvent perçus comme les moins impliqués dans la corruption.
 Sept Tunisiens sur 10 (69%) jugent insatisfaisante la performance du gouvernement dans la lutte contre la corruption.
 Près des deux tiers (63%) des Tunisiens disent que les gens risquent des représailles s’ils dénoncent la corruption aux autorités.
 Les citoyens qui ont entendu parler de l’INLUCC (qui représentent 56% de la population) ont des avis partagés quant à l’efficacité de l’instance.
 Les trois quarts (75%) des Tunisiens souhaitent que les médias enquêtent et rapportent sur les erreurs du gouvernement et la corruption, et 55% parmi eux sont «tout à fait d’accord» avec ce point de vue. Le soutien au rôle de « contrôleur » a considérablement augmenté depuis 2013 (61%).
Afrobaromètre
Afrobaromètre est un réseau de recherches panafricain et indépendant qui conduit des enquêtes sur les attitudes du public envers la démocratie, la gouvernance, les conditions économiques et des questions connexes dans les pays d’Afrique. Huit séries d’enquêtes ont été menées dans 38 pays au maximum entre 1999 et 2020. La huitième série d’enquêtes en 2019/2020 a couvert 35 pays. Afrobaromètre mène des interviews en face à face dans la langue choisie par le répondant avec des échantillons représentatifs au niveau national.
L’équipe d’Afrobaromètre en Tunisie, dirigée par One to One for Research and Polling, s’est entretenue avec 1.200 adultes tunisiens en février-mars 2020. Un échantillon de cette taille produit des résultats d’ordre national avec une marge d’erreur de +/-3 points de pourcentage à un niveau de confiance de 95%. Des enquêtes ont été précédemment menées en Tunisie en 2013 et 2018.