Achref Nemri ou l’art de peindre avec le… pied

0
304

L’artiste-peintre tunisien Achref Nemri a organisé un vernissage, le vendredi 25 décembre 2020, au Hall du théâtre de l’Opéra à la Cité de la Culture.
L’exposition se poursuivra jusqu’au 22 Janvier 2021.
Il s’agit pour cet artiste doué de 35 ans, issu d’une famille très modeste d’El Kabbaria, récemment apparu sur la scène artistique tunisienne, de magnifier davantage son art et de se faire connaître du grand public.
Cette manifestation, parrainée par le groupe BETA Group, a donc pour but de promouvoir les œuvres de l’artiste et de l’aider à faire prévaloir son talent devant un public composé d’invités de marque, aussi bien dans le domaine artistique et culturel que de la société civile.
Premier peintre tunisien souffrant d’un handicap physique à avoir décroché sa carte de peintre professionnel, le jeune tunisien Achref Nemri a organisé sa première série d’expositions intitulée « Al Irada » à Mahdia en 2017, puis à Tunis la même année et enfin à Sfax en 2018, année où il a obtenu sa fameuse carte professionnelle.
Achref, qui peint merveilleusement bien avec son pied gauche, avait choisi pour cette série d’expositions le cheval (symbole de la volonté et du défi) pour présenter son talent.
Pour lui, le handicap dont il souffre n’a jamais être un obstacle devant sa ferme volonté d’exceller dans cet art grâce à ses pieds. “Chacun d’entre nous possède un lion endormi en lui, il suffit de le provoquer pour atteindre nos objectifs”, clame-t-il avec une certaine assurance.
Enfant, il participa, grâce à sa maîtresse d’école, à de nombreux concours scolaires qu’il avait gagnés. Encadré par une association caritative suisse spécialisée dans le soutien des jeunes à besoins spécifiques, il bénéficia pendant quatre ans d’un enseignement d’arts plastiques à l’atelier de feu Mohamed Mtimet, jusqu’à l’obtention d’un diplôme. Il passera ensuite deux années avec l’association « Besma » qui lui avait organisé une exposition à Tunis.
L’histoire, la nature, le cheval… comme sources d’inspiration
Mais c’est cette année (février 2020) que le grand public a commencé à réellement découvrir le jeune artiste suite à l’entrevue que lui avait accordée le président Kaïs Saied. Suite à cette rencontre, le jeune artiste sera remarqué par le PDG de Beta Group qui offrira de le parrainer et de l’aider à trouver sa voie dans le domaine artistique et culturel.
C’est ainsi que la Cité de la Culture lui offrit un espace pour exposer, tandis que le groupe “Beta Group” prit en charge les frais de l’évènement. “Le feu et la glace, un combat”, c’est le nom de l’exposition, présente vingt-sept tableaux dont une dizaine de portraits de personnalités politiques de l’histoire récente de la Tunisie.
Grand portraitiste rompu aux arcanes de l’art, le jeune s’efforce désormais d’en faire son gagne-pain. Ses toiles reflètent une immense créativité et une grande maitrise de son art.
La grande source d’inspiration pour le jeune artiste demeure l’histoire. Mais ce n’est pas que ça, la nature aussi. Ce qui explique sa vénération pour le cheval, cet animal qu’il peint de façon sublime doublée d’une rare dextérité.
In fine, Achref Nemri est un artiste à l’avenir tout tracé. Son talent, son savoir-faire, sa sensibilité de coloriste, sa maitrise de la peinture à huile, de l’acrylique mais aussi des techniques mixtes lui ouvrent les portes de l’art figuratif, mais aussi de l’art tout court. Bon vent Achref !